5 dernières notifications

Les notifications sont réservées exclusivement aux membres.

Si vous êtes membre, connectez-vous.
Si vous n'êtes pas membre, inscrivez-vous.
Vous n'êtes pas membre? Inscrivez-vous.
Vous avez oublié vos informations de connexion?

Zone Nordiques 360

0
But the evolution of hockey fandom in the Mile High City is a much longer story than the relocation of Quebec’s Nordiques to Colorado. Lire la suite

Commentaires

Trier les commentaires :
Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire pour cette chronique.

Si vous êtes membre, connectez-vous.
Si vous n'êtes pas membre, inscrivez-vous.
0
Rad Connelly Publié il y a 1 mois
It is a great hockey state!!!!
0
Reggie Boy 66 Publié il y a 1 mois
Tu devrais laisser faire les copies collés. Donne juste le lien pis on iras le lire si ça nous tentes...
0
jfrancois Publié il y a 1 mois
j'espère qu'ils ont écrit des lettres de remerciement à Marcel Aubut et surtout à Jean-Paul Lallier.
0
236strong Publié il y a 1 mois
y sont chanceux d'avoir eu une équipe championne des la premiere annee
0
jfrancois Publié il y a 1 mois
Retour sur le hockey professionnel à Denver, y compris la première équipe de la LNH de la ville – les Rockies du Colorado
Mais l’évolution du fandom de hockey dans la Mile High City est une histoire beaucoup plus longue que le déménagement des Nordiques de Québec au Colorado.
Publié: 5:03 PM, Jun 17, 2022 Mis à jour: 7:04 PM, Jun 17, 2022
Par: Landon Haaf
ColoradoRockiesNHL.jpg
Photo par: Denver Public Library
Les Rockies du Colorado ont été la première équipe de Denver dans la LNH.
ColoradoRockiesNHL.jpg
DENVER — Alors que l’Avalanche du Colorado poursuit sa quête d’une troisième victoire de la Coupe Stanley, on a beaucoup parlé de son pedigree de champion.
Plus particulièrement, le fait que l’équipe a soulevé la Coupe Lord Stanley lors de sa première année à Denver.
Mais l’évolution du fandom de hockey dans la Mile High City est une histoire beaucoup plus longue que le déménagement des Nordiques de Québec au Colorado.
« Nous avons été ridiculisés à l’échelle internationale pour avoir dû endurer les épreuves de plusieurs mois d’attente pour gagner la Coupe Stanley », a déclaré Terry Frei, dont le mandat dans les médias sportifs de Denver remonte à la fin des années 1970. Vous devez comprendre le contexte ici. »
Nous avons parlé avec Frei pour obtenir ce contexte, qui comprend une longue histoire de succès et d’échecs sur la glace, et des équipes de hockey basées à Denver qui commencent et se replient.
« C’était un mythe de dire que Denver était un nouveau marché du hockey »
The University of Denver hockey team has a prolific history on the ice, a Frozen Four staple that shares the lead for most NCAA championships all-time with nine.
But even pro hockey here dates back decades.
“It was such a myth to say that Denver was a new hockey market,” Frei said. “We had hockey going back through DU and minor league teams and the [World Hockey Association].”
“There were hockey roots, there were hockey fanatics.”
DenverSpursHockey.jpg
Denver Public Library
The Denver Spurs hockey team, which brought Denver its first pro sports championship in 1972.
Denver’s first professional sports championship came in 1972 via the Denver Spurs hockey team, which at the time was a member of the Western Hockey League. That team would later move to the World Hockey Association before making a bid to join the NHL as an expansion team.
Those negotiations would fall apart, though, and the Spurs would disband.
In 1976, the Kansas City Scouts – a “woefully underfinanced” expansion team, as Frei put it – moved to Denver to become the city’s first NHL team, called the Colorado Rockies.
A 22-year-old Frei was the Denver Post beat writer assigned to the Rockies – “a real carnival act I really enjoyed covering,” as he put it. “There was always something going on with that team, whether it was crazy things happening on the hockey rink or crazy things happening in the ownership area.”
ColoradoRockiesNHL3.jpg
Denver Public Library
The Colorado Rockies were Denver's first NHL team.
The Rockies would see three different owners in their six-year tenure in Denver, failing to log a winning season all while spooking fans with a $14 price tag for tickets.
“I've always felt that when Jack Vickers bought the team and moved it to Denver, he was told all you have to do is open the doors and turn on the beer taps and Denver will sell out to the NHL,” Frei said. But “he quickly found out he was being led down a primrose path, so to speak.”
“They would have been better off, in my opinion, starting from scratch with an expansion team rather than dealing with the Kansas City Scouts’ mistakes. [The Scouts] dug a hole for the franchise that I don't think the Rockies ever were able to dig out of.”
The experiment didn’t work, and the Rockies were sold to investors in New Jersey, where they became the Devils, eventually winning three Stanley Cups in the late 90s and early 2000s.
The Denver Grizzlies were also part of the hockey scene in Colorado, playing one season in Denver before moving to Utah with the Avs’ arrival in town.
A ready-made contender
For 23 years, the Quebec Nordiques were the Canadian city’s only professional sports team.
CTDAN DANBURY NEWS TIMES
MAIMAN/AP
SPECIAL TO DANBURY NEWS TIMES - Quebec Nordiques' Paul Gillis and New York Islanders' Bobby Bassen get tangled up behind the net in the third period of Saturday night game at the Nassau Coliseum, Dec. 7, 1985. (AP Photo/Maiman)
They won four division championships, including one in a lockout-shortened 1994-95 season – one that would prove to be the franchise’s last before financial struggles forced a move to Colorado where they would become the Avalanche.
That team, Frei said, had a much different feeling to it than the failed experiments before it.
“Somehow, in 13 years, the veneer of incompetence had been kind of stripped away and we knew that we were getting a ready-made, NHL championship-contending product,” he said. “We were ready for something big and, in accompaniment to the Nuggets.”
The Avs would sell out almost every game that first season, averaging 16,017 fans per game in McNichols Sports Arena, a venue that housed only 16,091 fans.
Colorado was instantly a bona fide contender, winning the Cup in that first season.
CORBET
RICK BOWMER/ASSOCIATED PRESS
Rene Corbet of the Colorado Avalanche hoists the Stanley Cup in the air after the Colorado Avalanche defeated the Florida Panthers 1-0 in triple overtime to sweep the finals 4-0 in Miami Monday, June 10, 1996. (AP Photo/Rick Bowmer)
The likes of Sakic, Forsberg and Roy would become household names, and a second Stanley Cup in 2001 cemented the Avs’ status as the hometown heroes.
Une autre différence avec l’Avalanche, cependant, était un front office stable. Le directeur général de l’époque, Pierre LaCroix, a déclaré Frei, a maintenu le navire à flot alors même que l’équipe traversait un changement de propriétaire prolongé semé d’indécision et de poursuites judiciaires.
« La seule chose qui a été sous-estimée, c’est le travail de Pierre LaCroix en tant que directeur général, architecte, et il a été honoré pour cela », a-t-il déclaré. « Pour garder la franchise ensemble grâce à des changements de propriété qui étaient si bizarres, il semblait presque que je couvrais les Rocheuses. »
PIERRE LACROIX ANDREWS
JACK DEMPSEY/AP
Le président et directeur général de l’Avalanche du Colorado, Pierre Lacroix, s’adresse aux médias à la suite de l’annonce par la LNH de mettre fin à la saison de hockey 2004-05 sous les yeux du directeur du marketing de Kroenke Sports Enterprises, Paul Andrews, lors d’une conférence de presse au Pepsi Center de Denver, le mercredi 16 février 2005. (AP Photo/Jack Dempsey)
Une autre chance de suprématie au hockey
Avance rapide jusqu’en 2022, et l’Avalanche est de nouveau en finale de la Coupe Stanley, et Frei a déclaré que cela marquait clairement un troisième chapitre de l’amateur de hockey à Denver.
« Chaque championnat, s’il y en a un troisième, a son propre récit. En 1995, c’était : « Hé, c’est une nouvelle équipe. » Nous conduisions le fan de sport occasionnel dans le royaume du fan de hockey. »
« En 2001, nous devenions un foyer de participation au hockey pour les jeunes, et les patinoires montaient [...] Et puis maintenant, 21 ans plus tard, je pense que nous avons vu une sorte de chiffre d’affaires complet et la nouvelle base de fans. Cela fait une génération que l’Avalanche n’a pas remporté la Coupe. »
Gérant d'estrade
Publiée il y a 3 mois
767
Gary nous dit «tout va bien» et «Les équipes sont en très bonne santé» Même les Coyotes... Si on regardait les "chiffres" ?   Foules TV Ratings Local TV Ratings US Saison reguliere Playoff 2022   NHL Playoffs - TV Ratings US Voici les chiffres après 4 rencontres Best = Choix de "Gary" Worst = Choix de "Canadian Fan" ;o) #cavabienlnh #Nordiques N.B. La meilleur équipe (Floride) fait des chiffres "minables"... Lire la suite

Publiée il y a 4 mois
908
Les chiffres de TNT sont inférieures a ceux de NBCSN ... Les chiffres de ABC et ESPN sont inférieures a NBC   Les foules dans les arénas US (No Covid restriction) A suivre... 
Radar Bleu
En 1972, les Nordiques donnaient leurs premiers coups de patin dans l’Association mondiale de hockey (AMH). Lire la suite

Disclaimer: The comments in this blog are my personal opinion and may or may not reflect an adopted position of the city of Glendale and its city council. I would remind Coyotes fans that in 2010 and 2011 the City of Glendale paid the NHL $25 million a year to keep the Coyotes in Arizona. Lire la suite
Publicité
Sondages
2022-02-19 au 2022-02-25
Pause sondage
Consulter les résultats du sondage
Nos partenaires